photographie // écritures transmédia & interactives // enseignement

A propos de l’auteur

Photographie de Samantha Rouault

 

Wilfrid Estève est photographe, journaliste, professeur et producteur. Depuis 2004, il préside l’association reconnue d’utilité publique FreeLens et a reçu la mention spéciale du prix Nadar pour l’ouvrage « photojournalisme, à la croisée des chemins » en 2005 en tant qu’auteur, et le grand prix du jury du WebTV Festival de La Rochelle pour la plateforme interactive documentaire « La Nuit oubliée – 17 octobre 1961« , en 2012 en tant que producteur.

Membre de l’Observatoire du photojournalisme et de l’Observatoire des Métiers de la presse, cofondateur de l’agence l’Œil public, conférencier spécialisé en journalisme visuel et en transmédia, il a commencé sa carrière en 1995. Depuis 2006, il est en charge de la direction artistique et éditoriale du studio de création et de production Hans Lucas.

Son travail photographique est basé sur le témoignage et l’enquête. Une démarche documentaire souvent réalisée sur les terrains de l’actualité ou dans les zones de tension (Afrique de l’Ouest, Europe et Moyen-Orient). En parallèle, il poursuit un travail sociétal sur la France et collabore avec ELLE, Libération, Le Monde, Géo, Marie-Claire, National Geographic, Paris Match et VSD.

En 2005, il reçoit en tant qu’écrivain la mention spéciale du prix Nadar pour « Photojournalisme à la croisée des chemins « . Wilfrid Estève a participé à la création plusieurs structures dont l’agence photographique l’Oeil Public. De 2005 à 2008, Il conçoit et dirige le projet pluridisciplinaire Territoires de fictions.

Depuis 2004, il préside l’association reconnue d’utilité publique FreeLens, (anciennement organisation professionnelle appelée l’Association Nationale des Journalistes Reporters Photographes et Cinéastes) ; en 2010 il participe activement à la création de l’Union des Photographes Professionnels (anciennement UPC) et en est élu vice-président. Depuis 1998, il enseigne le photojournalisme ainsi que les nouveaux formats de l’information visuelle en université (Université Paris-Est Marne-la-Vallée), dans des écoles (l’École supérieure de journalisme de Lille, Sciences Po, l’Institut pratique de journalisme, ENSP d’Arles, École nationale supérieure Louis-Lumière), des centres de formation (le CFPJ ou l’École des Métiers de l’Information à Paris) ainsi qu’à l’occasion d’ateliers ou de master class.

En 2006, il fonde le studio de création et de production multimédia Hans Lucas et devient directeur pédagogique de la filière photographie puis sociétaire, de l’École des Métiers de l’Information. En 2007, il crée le Prix Tremplin Photo de l’EMI, première bourse de formation au photojournalisme.

En 2008, Wilfrid Estève lance avec l’association FreeLens, Photojournalisme.fr, magazine en ligne dédié à la photographie d’information dont il est directeur de la publication. De 2008 à 2010, il est associé de l’agence de photographes MYOP, qu’il dirige avec Guillaume Binet et Lionel Charrier.

En janvier 2012, il propose la création d’une rubrique dédiée aux écoles à Alex Kummerman ainsi qu’à Jean-Jacques Naudet et débute une collaboration avec La lettre de la photographie. Tous les mois, Wilfrid Estève y présente les coulisses d’écoles internationales de photographie ou de photojournalisme ainsi que le travail d’un élève.

En parallèle, répondant à une invitation du magazine du musée du Jeu de Paume, il présente les séries photographiques d’artistes ou d’auteurs, rédige des critiques et propose avec Samantha Rouault et Alice Guerlot-Kourouklis une expérience sonore autour de lectures commentées.

En 2010, il est fait partie du comité de pilotage du nouveau prix en Webjournalisme et du jury du prix Bayeux des correspondants de guerre et en 2012, de celui du Prix Carmignac Gestion du photojournalisme.

Cet article est disponible sous les termes de la Licence Creative Commons Paternité-Partage des Conditions Initiales à l’Identique 3.0 Unported (CC-BY-SA).