Mens New York Jets Dee Milliner Nike Green Game Jersey,Youth Cincinnati Bengals Mike Nugent Team Color Jersey,Women's Denver Broncos Vance Walker Pro Line Team Color Jersey Cheap NFL Jerseys.Pro Line Women's Minnesota Vikings Shaun Hill Team Color Jersey,Youth Atlanta Falcons Joplo Bartu Pro Line Team Color Jersey Cheap Jerseys.Men's Jacksonville Jaguars Thurston Armbrister Pro Line Team Color Jersey,Youth Arizona Cardinals David Johnson Pro Line Alternate Jersey.Pro Line Men's Seattle Seahawks Doug Baldwin Big Tall Team Color Jersey,Pro Line Women's Atlanta Falcons Kevin Cone Team Color Jersey - Red,Women's San Francisco 49ers L Cheap Jerseys.J. McCray Pro Line Team Color Jersey.Youth San Francisco 49ers Vance McDonald Pro Line Team Color Jersey,Youth Arizona Cardinals Larry Fitzgerald Nike Black Alternate Game Jersey Cheap Jerseys.Men's Buffalo Bills Tyrod Taylor Pro Line Big & Tall Team Color Jersey,Mens Tampa Bay Buccaneers Historic Logo Nike Red Customized Elite Jersey,Youth Washington Redskins Alfred Morris Nike Burgundy Limited Jersey Cheap NFL Jerseys

La consommation de l’information – Le bloc-notes de Wilfrid Estève

photographie // écritures transmédias & interactives // formation

La consommation de l’information

L’émergence des entreprises de presse françaises, tout comme leur développement, est liée à un paradoxe.

D’une part, elles sont synonymes de contre-pouvoir attaché à l’opinion publique : leurs actions politiques participent au débat démocratique. Et d’autre part, pour préserver leur indépendance et s’affranchir du pouvoir politique, elles doivent comme toute entreprise trouver un soutien financier dans les ressources du marché économique. La réussite financière de la presse est le garant de son indépendance éditoriale. Une situation d’équilibriste qui voit un contre-pouvoir politique dépendre d’un pouvoir financier.

Le fonctionnement de la presse répond donc à une économie de marché. Les actionnaires permettent et défendent l’indépendance d’une rédaction tant qu’elle est rentable. Les trente dernières années vont voir plusieurs crises se succéder et entériner un malaise: augmentations du prix du papier (1974-77), période de déprime de la publicité (1994-95) et enfin récession du marché depuis 2001. En parallèle, les entreprises de presse vont être confrontées à la concurrence avec les médias audiovisuels, au lancement de la presse gratuite, aux coûts d’impression et de distribution en hausse ainsi qu’au phénomène de concentration. Tous ces bouleversements vont contribuer à dérégler un mécanisme, précipiter un processus industriel inéluctable, bouleverser une pratique journalistique et décrédibiliser une profession. Pour retrouver le sens de son marché et plaire à son public, la presse se trouve entraînée dans une logique de course au lecteur et à la publicité, sans par ailleurs être capable de pallier à la désaffection du public et de répondre à la délicate question de conserver les anciens lecteurs tout en arrivant à les renouveler.

Poussées dans une logique de rentabilité, les entreprises de presse décident d’apporter des réponses économiques rigoureuses. Avec l’arrivée du marketing et des pratiques du management dans les années 60, la presse va employer des méthodes issues de la grande distribution. Le marketing intervient sur la connaissance du public, l’étude de la concurrence et du marché, la définition des prix et la promotion. Les procédés d’études du lectorat vont permettre d’analyser et de signaler aux rédacteurs-en-chef les manques, les réticences du public ou les attentes insatisfaites.

Financer l’information par la publicité reste cependant dangereux.

Le scénario qui suit, basé sur les dérives du système est facilement envisageable : A la recherche d’une marge bénéficiaire maximale, la presse optimise son produit, qui est le journal. Le circuit annonceurs-régies-rédactions conduisent le «rédacteur-en-chef-de-produit» et le «créatif-directeur-artistique» vers une orientation rédactionnelle «commerciale». Ensemble, ils décident du contenu apporté au lecteur consommateur. Quand au directeur éditorial, il développe sa marque (son magazine avec ses produits dérivés) pour appeler à travers la publicité, d’autres marques. Cette modélisation de la presse sur les règles du marketing s’assortit d’un nouveau traitement de l’information, des informations.

Venu des États-Unis, le “journalisme de marché” s’installe en Europe au début des années 90. Il impose des codes différents à la presse. Le rubricage des magazines est revu, laissant la part belle à “l’information-service” et aux “soft news”.

A un traitement de l’information en profondeur, on va préférer une actualité exprimée dans le langage de l’émotionnel, du sensationnel. Les rédactions se retrouvent à illustrer des concepts plutôt que des faits (par exemple, l’insécurité). Les magazines vont peu à peu remplir leurs pages d’images anecdotiques qui n’expliquent plus, mais illustrent.

La presse est entrée dans l’ère de l’illustration. Elle recherche des images isolées plutôt que des reportages. Des mosaïques de photographies de la taille d’un timbre-poste apparaissent dans les titres. La production de reportages photographiques se raréfie, les sujets sont tronçonnés pour alimenter les banques d’images et les légendaires pictures-stories voient leurs espaces de publication se réduire. En 2000, une vague de contrats émane des groupes de presse. Les rédactions tentent de définir des règles inhabituelles en imposant des contrats aux photographes. Une nouvelle donne apparaît; si un journal produit, il doit amortir le coût de la production en se substituant à l’agence de diffusion. Les repasses au sein du groupe sont parfois gratuites et les cessions de droit des photographies sont multiples. Un reportage journalistique fait l’objet d’une exploitation commerciale. Cependant en cas de problème juridique, le photographe reste seul responsable. Le statut d’auteur et la déontologie sont sérieusement remis en question. On assiste au déplacement de la notion d’auteur de la personne vers l’entreprise. En réaction une fronde de photographes se fédère. Ils créent l’association FreeLens. Quatre ans plus tard, à l’exception du groupe Marie-Claire, la plupart des rédactions ont rangé leurs contrats. Jusqu’à quand?

De nouveaux usages vont aussi réguler le fonctionnement interne des rédactions qui vont réduire les productions de reportages ou “assignments” et minimaliser la prise de risque. Stagiaires non rémunérés, pigistes, CDD et correspondants se multiplient et finissent par remplacer les journalistes permanents. La presse reprend des idées qui ont fait leurs preuves ailleurs. Les journaux sont pensés pour être financés par la publicité et lus par le plus grand nombre.

La réalité du monde est mise en scène avec des photographies politiquement correctes issues de banque d’images aseptisées. L’information s’appauvrit.

Durant les années 80-90 les créations de nouveaux titres prennent des proportions étonnantes. L’offre explose jusqu’à constater certaines années, plus de 400 nouveaux titres. Dorénavant, prêt à penser rime avec prêt à consommer. Les magazines sont vendus avec des produits dérivés (Cédérom, DVD, encyclopédie…). La presse informe un peu et divertit beaucoup. Elle a régressé en pertinence et en qualité. Les «consumers magazines», les magazines de marques et les suppléments touristiques de régions se développent. Ils ont les moyens de produire et font la part belle aux reportages photographiques. Mais parle t’on encore d’information? L’ambivalence est renforcée par l’essor des services de “presse” ou de “communication” qui servent d’intermédiaires entre la rédaction et les entreprises. En parallèle, la presse magazine participe aussi à l’avènement de la télé réalité. Tout cela produit un sérieux amalgame aux yeux du lecteur qui a dû mal à faire la part des choses entre les publications d’information, de divertissement et les magazines purement commerciaux. Certaines dérives au niveau du droit à l’image sont constatées. Plutôt que de s’insurger contre les paroles de Patrick Le Lay (1), la presse devrait s’interroger sur son contenu. Le Parlement et le gouvernement devraient se questionner sur la répartition des subventions qu’ils accordent aux médias. De tous les pays libéraux, la France est celui qui octroie les aides les plus fortes à la presse. Cette situation n’a ni poussé les rédactions à évoluer, ni encouragé le marché à se réguler, ni empêché les fréquents dérapages à l’encontre du code de la propriété intellectuelle, de la convention collective des journalistes et du code du travail.

Précipitée dans un monde qui ne juge que sur des bénéfices immédiats, la presse française n’a pas privilégié son contenu rédactionnel.

Cette situation a aussi procédé d’un repli, puis d’un déclin du rôle de la photographie comme témoignage. Ces évolutions mettent en péril le pluralisme de la presse. Sur du long terme, le recul du journalisme risque aussi d’affaiblir la santé des entreprises de presse. Alors que les titres se placent en concurrents face à la télévision, il n’y a jamais eu de questionnement, de réflexion et de positionnement pour apporter un traitement de l’information différent, complémentaire. Même interrogation en ce qui concerne le rapport du lecteur, du public, de tous à la photographie. Alors que l’image est devenue omniprésente dans notre société, aucun élément de compréhension ne nous est transmis, ni enseigné. Les initiatives pour apporter une culture photographique au plus grand nombre sont rares et ce n’est pas la place qu’occupe actuellement la critique photographique dans les journaux qui viendra compenser cette lacune.

Wilfrid Estève

Article publié dans « Photojournalisme à la croisée des chemins« , mention spéciale du jury du prix Nadar 2005

(1°) “Le métier de TF1, c’est d’aider Coca-cola, par exemple à vendre son produit. Or pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible: c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-cola, c’est du temps de cerveau humain disponible”. Patrick Le Lay, “Les dirigeants face aux changements”, éditions du Huitième jour, 2004.

Ecrire une réponse