Mens New York Jets Dee Milliner Nike Green Game Jersey,Youth Cincinnati Bengals Mike Nugent Team Color Jersey,Women's Denver Broncos Vance Walker Pro Line Team Color Jersey Cheap NFL Jerseys.Pro Line Women's Minnesota Vikings Shaun Hill Team Color Jersey,Youth Atlanta Falcons Joplo Bartu Pro Line Team Color Jersey Cheap Jerseys.Men's Jacksonville Jaguars Thurston Armbrister Pro Line Team Color Jersey,Youth Arizona Cardinals David Johnson Pro Line Alternate Jersey.Pro Line Men's Seattle Seahawks Doug Baldwin Big Tall Team Color Jersey,Pro Line Women's Atlanta Falcons Kevin Cone Team Color Jersey - Red,Women's San Francisco 49ers L Cheap Jerseys.J. McCray Pro Line Team Color Jersey.Youth San Francisco 49ers Vance McDonald Pro Line Team Color Jersey,Youth Arizona Cardinals Larry Fitzgerald Nike Black Alternate Game Jersey Cheap Jerseys.Men's Buffalo Bills Tyrod Taylor Pro Line Big & Tall Team Color Jersey,Mens Tampa Bay Buccaneers Historic Logo Nike Red Customized Elite Jersey,Youth Washington Redskins Alfred Morris Nike Burgundy Limited Jersey Cheap NFL Jerseys

Qu’est-ce que la photographie aujourd’hui ? – Le bloc-notes de Wilfrid Estève

photographie // écritures transmédias & interactives // formation

Qu’est-ce que la photographie aujourd’hui ?

La révolution numérique, les nouveaux supports et formes de création et de narration, de production, de diffusion, de stockage inscrivent aujourd’hui la photographie dans des perspectives inenvisageables jusqu’alors.

Sur la toile, la consommation des images via les réseaux sociaux , les applications smatphone et iPad et les plateformes de partage communautaire apportent une fonction nouvelle à l’image, qui devient conversationnelle ; la globalisation de son utilisation rend son impact incontrôlable. Du Daguerréotype au smartphone, l’appareil photo est désormais partie intégrante de notre bureau mobile. Photographier est un geste quotidien et transmettre un fichier à des tiers aussi.

L’appareil à photographier est aujourd’hui et en majorité un téléphone mobile. Quel avenir à l’appareil photographie ?  Du réel au virtuel, de nouveaux usages se sont rapidement mis en place, ils sont accompagnés de multiples bouleversements et de problématiques : effacement des frontières entre l’information, la publicité et la création artistique, déréglementation des marchés, logiques industrielles et économiques qui mélangent les productions des amateurs et des professionnels, profonde mutation des appareils à photographier. D’un autre côté, la surenchère du shockvertising, du glam trash ou du porno chic voit une utilisation de la photographie en publicité de plus en plus censurée et les unes de médias, souvent choquantes, sont néanmoins exposées à la vue des enfants et des mineurs dans l’espace public. Entre l’amateur, à qui les médias demandent de se prendre pour le grand reporter de son quotidien et les images des téléphones portables de soldats qui documentent les conflits, les frontières entre les genres photographiques s’estompent.

Les festivals de photographie se multiplient en France. Lieux de rencontres entre professionnels, le public est souvent mis à l’écart ou relégué à un rôle de simple figurant. Plus de débats publics, d’actions pédagogiques l’aideraient à décrypter, décoder et l’armeraient contre la manipulation par l’image. Omniprésentes dans notre société, Les images se télescopent, se renouvellent dans notre environnement sans que nous ayons pris le temps de bien les comprendre. Sans parler de la notion de sens ou de signification, les questions d’esthétique, de sémiologie, de sémiotique, et, même idéologique ne devraient-elles pas être abordées en milieu scolaire dès le plus jeune âge ? Ne laissons pas le futur lecteur se faire happer par le sensationnel, aidons-le à adopter une distance intérieure.

Saviez-vous que certains thérapeutes utilisent la signification visuelle et émotionnelle de la photographie pour soulager ou guérir ? Aujourd’hui quelle est notre culture photographique et notre éducation à l’image ? La vision du monde qui en découle ? Quel sens donner à la photographie contemporaine ? Quels sont les trajets entre un auteur, un artiste et son public ? Quelle limite à la démocratisation de l’image ? Une éthique déontologique du grand public est-elle envisageable ? Comment inscrire de façon durable des vocations éducatives et pédagogiques autour de l’image ? Comment légiférer le shockvertising, les retouches par des logiciels comme Photoshop ou la manipulation par l’image ?

Nous voilà entrés dans une  nouvelle ère, celle de l’ubiquité de l’image. Et tout comme l’annonçait dans les années trentre, László Moholy-Nagy, l’analphabète de demain sera celui qui ne sait lire les images que la société porte à son regard.

 

En 2010, de nouveaux support médiatiques et écritures narratives ont rencontré leurs publics. D’ailleurs, aujourd’hui l’utilisation de la photographie est parfois linéaire, parfois interactive, souvent multi-écran. Protéiforme et évolutive, elle s’apparente parfois à une logique de jeu vidéo.

La POM (Petite Œuvre Multimédia), le web reportage ou le documentaire interactif donnent à voir différemment la photographie, et la transversalité du récit multimédia renforce la démarche éditoriale. Donner encore plus de sens à internet, à l’image, maîtriser les canaux de diffusion et de production. Des changements qui exigent une réflexion approfondie sur l’évolution des coeurs de métiers et des programmes pédagogiques.

La pratique de la vidéographie, très présente aux USA, arrive fortement en France. Où va la photographie ? Nul ne sait. La téléphonie de troisième génération et le web nous ont fourni un laboratoire expérimental hors norme et aujourd’hui se dessine une « photographie 3.0 » ou l’image fixe, désormais en mouvement, interagit au gré du public.

Arrêtera-t-on un jour le progrès, l’esprit d’innovation ou les idéaux progressistes ? Non. La mise en place d’une éducation à l’image, des moyens de s’instruire, de valorisation et de transmission des patrimoines est aujourd’hui nécessaire. Elle rééquilibrerait les  différentes pratiques, réconcilierait les différents publics et régulerait sans aucun doute les marchés, les statuts et les démarches.

A l’instar de Kant, FreeLens encourage « l’usage public de la raison », pensons la photographie. Depuis 1962, les questions de sens autour de la photographie sont au cœur de la démarche de l’ANJRPC , devenue  en 2003, FreeLens. Première organisation professionnelle, regroupant hier en France, les photojournalistes, documentaristes, certains humanistes et cinéastes, FreeLens se tourne aujourd’hui sur la photographie dans son ensemble, s’ouvre à une diversité de publics et désire créer un espace d’échange et de réflexion entre chercheurs, penseurs, professionnels et le grand public.

Qu’est-ce que la photographie aujourd’hui ? Pour répondre à cette question, nous souhaitons rassembler, à travers la constitution d’un comité de parrainage ancré dans la diversité, des approches et des compétences. Ce kaléidoscope de points de vue arrivera t-il à révéler cette photographie, si insaisissable ? La constitution d’une encyclopédie ou d’un wiki dédié à la photographie, apparentée parfois à un ouvrage militant, aurait aussi l’utilité de recueillir des connaissances dispersées, d’éclairer et de raisonner.

Plus que jamais « FreeLens, pour une photographie d’utilité publique » souhaite œuvrer à une autre échelle, pour le rayonnement de la photographie en agissant comme un laboratoire à idées, d’accompagnement, de valorisation et de transmission des patrimoines et des connaissances. Sans oublier d’instaurer une passerelle de dialogue entre les professionnels et le grand public. Pointons donc notre passé comme fer de lance de l’évolution de FreeLens. Une telle ambition, un tel pari n’est possible que sur la base de l’union et de l’ouverture.

Wilfrid Estève, président de FreeLens

 Editorial pour l’association reconnue d’utilité publique FreeLens, publié le 12 mai 2009.

 

Lien :

www.freelens.fr

Cet article est disponible sous les termes de la Licence Creative Commons Paternité-Partage des Conditions Initiales à l’Identique 3.0 Unported (CC-BY-SA).

Ecrire une réponse