photographie // écritures transmédia & interactives // enseignement

Le Diplôme d’Université en « Photographie, documentaire et écritures numériques »

Unique en France, l’Université de Perpignan propose sur le site de Carcassonne un Diplôme d’Université dédié à la photographie documentaire, au photojournalisme et aux écritures numériques. Cette formation intensive sur six mois, encadrée à 75% par une équipe pédagogique de professionnels reconnus et à 25% par des universitaires, vise à spécialiser à la fois des professionnels ainsi que des étudiants.

Au-delà de la définition d’objectifs individuels et de solutions technologiques, ce dispositif de formation met en place une relation de soutien, d’échanges et d’apprentissage, dans laquelle les formateurs du studio hans lucas favorisent l’insertion dans le marché du travail. Les objectifs sont liés au développement à la fois personnel et professionnel des participants ainsi qu’à la pédagogie de projet.

Ce Diplôme Universitaire vise l’accompagnement d’une personne dans la mobilisation de ses ressources. L’insertion professionnelle est progressive, elle passe par la mise en place d’un réseau, des stages en rédaction, des collaborations avec des médias, la réalisation de #masterclass ainsi que d’un stage de sensibilisation aux risques en zone de tension organisé en collaboration le 3e RPIMA.

 

Durant le montage sonore d'une Petite Oeuvre Multimédia (POM).

Durant la réalisation sonore d’une Petite Oeuvre Multimédia (POM).

1891100_10152224046849233_417580247_n

Léonora, Mathilde et Marie durant la conception du « grand format » interactif « De Félix à Félix, une histoire du Rugby à XIII en France ». Photographie de Wilfrid Estève, février 2014.

Assimilée au “digital storytelling”, cette approche consiste à développer des univers narratifs sur un ensemble de médias en tenant compte des spécificités de chaque support : La #POM (Petite oeuvre Multimédia), le diaporama sonore, la #vidéographie, le #webdocumentaire ou encore le plus récent « grand format » en découlent. Au-delà d’une conception éditoriale innovante, les écritures numériques et transmédias ouvrent également à la #photographie #documentaire et au #photojournalisme de nouvelles voies à la création.

Intégrer aujourd’hui un diplôme et un programme spécifique aux nouvelles écritures, c’est aussi susciter une création capable de capter l’attention de publics en attente de nouveaux modes de narration.

Les étudiants retenus sont formés à une compétence journalistique, à une culture en photojournalisme et une pensée « rich media ». L’enjeu est de donner des clefs de compréhension du marché et d’arriver à développer un regard distancié sur les écritures numériques.

A l’initiative du Studio Hans Lucas et du Graph – Centre Méditerranéen de l’Image, la création de la formation a été soutenue par l’Observatoire du photojournalisme du ministère de la Culture et de la Communication. Depuis 2013, le diplôme universitaire bénéficie également d’un fort partenariat entre l’Université de Perpignan, la Chambre du Commerce et de l’Industrie et la mairie de CarcassonneCarcassonne Agglo et le 3e RPIMA.

Carcassonne, le 26 octobre 2015. Une fois la nuit tombée, la soirée est consacrée à un exercice lors duquel les soldats présentent aux étudiants les jumelles de vision nocturne utilisées lors des opérations de nuit.

Stage avec le RPIMA, une fois la nuit tombée, la soirée est consacrée à un exercice lors duquel les soldats présentent les jumelles de vision nocturne utilisées lors des opérations de nuit. Photographie d’Emmanuel Vivenot, octobre 2015.

 

La formation se fixe pour objectif de transmettre les compétences nécessaires tant aux professionnels qu’aux étudiants désirant se spécialiser dans les histoires multi-plateforme. Une expertise dans la conception et la réalisation de projets web ainsi que la direction d’équipes pluridisciplinaires est développée. Le public visé est celui des photojournalistes et des photographes ; mais aussi celui des documentaristes, vidéographes, journalistes bi-média, réalisateurs ou vidéastes.

Le partenariat avec le 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine (RPIMA) intervient en début de cycle. Régiment d’élite, les relations entre les parachutistes carcassonnais et les photojournalistes sont régulières dans les zones de conflit et datent de fort longtemps. Ainsi de juillet 1960 à avril 1962, Gilles Caron va s’y retrouver intégrer pour couvrir l’Algérie. Plus récemment, se sont les militaires du 3e RPIMA qui ont retrouvé et rapatrié le corps de Camille Lepage en Centrafrique.

La collaboration avec le 3e RPIMA est double :

  • Faire prendre conscience des risques à venir encourus par des jeunes photojournalistes ou photographes documentaires, par des professionnels aguerris et connaisseurs des zones de conflits.
  • Sensibiliser les étudiants aux dangers inhérents aux reportages en zones de conflit. Marche topographique, présentation d’armes et d’engins explosifs, instruction à la protection en milieu hostile, parcours d’audace, simulation de prise d’otages, évacuation d’un blessé, préparation opérationnelle à la fois physique et mentale…

A partir de la rentrée 2016, un double partenariat est mis en place avec l’Institut des Hautes Études des Communications Sociales (IHECS). Les professeurs bruxellois spécialisés en réalisation sonore vont intervenir à Carcassonne. Enfin un projet de regards croisés multimédias va se mettre en place entre les étudiants belges et carcassonnais.

Le Diplôme Universitaire se termine par soutenance notée, chaque étudiant doit la réaliser devant un jury professionnel. Elle se découpe en deux temps, 15 minutes de présentation des travaux réalisés durant l’année et 10 minutes de questions-réponses.

PRIX / DISTINCTIONS

  • En 2016 « L’Espérance » webdocumentaire réalisé par des étudiants de la promotion 2015/2016 a été soutenu par le CNC avec une aide à l’écriture.
  • Pour sa troisième promotion, « En son âme et conscience » webdocumentaire réalisé par 5 étudiants de la promotion 2014/2015 a été lauréat 2015 de la bourse « Brouillon d’un rêve » de la Scam et lauréat 2016 du prix du webdocumentaire dans le cadre du Festival du Film d’Environnement (Fife) à Paris.
  • Lors de la deuxième année d’existence, les étudiants 2013/2014 ont participé au webdocumentaire Et maintenant ?, un projet transmédia avec la licence Pro CRA de Paul Valéry III et l’IUT de Tours et réalisé des Petites Oeuvres Multimédia ainsi qu’un récit interactif « grand format » De Félix à Félix, histoire d’un combat en ovalie.
  • L’année de la création du DU, Leonora Baumann, étudiante du DU « Photographie documentaire et écritures transmédia » 2013 est lauréate du prix « coup de coeur » du JDD  du Grand Prix Paris-Match 2014  du photoreportage étudiant. 

 

photo

Cyril Charon à Paris dans les locaux de Racontr avec Virginie Terrasse. En compagnie de Greg Sierra, ils finalisent le webdocumentaire « De Félix à Félix » sur le logiciel de montage interactif. Photographie de Wilfrid Estève, mars 2014.

Direction exécutive du Diplôme Universitaire :

Wilfrid Estève, directeur du studio hans lucas, président de l’association reconnue d’utilité publique FreeLens et vice-président de la foire internationale de la photographie documentaire « What’s up Photo doc« , co-référent pédagogique.

Julie Marty, salariée du GRAPH – Centre Méditerranéen de l’Image, secrétariat général, coordinatrice pédagogique.

Eric Sinatora, directeur du Graph – Centre Méditerranéen de l’Image, co-référent pédagogique.

Intervenants professionnels et universitaires :

Jean-Luc Aribaud, photographe, écrivain et formateur à l’espace Saint-Cyprien à Toulouse.

Nicolas Bole, en charge de l’actualité du webdocumentaire et des nouveaux médias au Blog documentaire, en  #masterclass.

Serge Bonnery, rédacteur en chef adjoint, responsable d’édition à L’Indépendant des Pyrénées-Orientales en  #masterclass.

Claire Chatelet, maître de Conférences-Arts numériques, Université Paul Valéry-Montpellier 3 en  #masterclass.

Clément Debeir, photoreporter et directeur de l’Image à SapiensapienS, en  #masterclass.

Wilfrid Estève, CEO du studio Hans Lucas et président de l’association RUP FreeLens et vice-président de la foire internationale de la photographie documentaire « What’s up Photo doc« , co-référent pédagogique est en charge du suivi des projets tutorés.

Laurent Ferrière, photographe-auteur, photojournaliste, ancien membre du bureau du Syndicat National des Journalistes en #masterclass.

Ulrich Lebeuf, photographe à l’agence Myop et directeur artistique du festival MAP en  #masterclass.

Fred Marie, photographe du studio Hans Lucas et fondateur du blog Destination reportage.

Bertrand Mocquet, enseignant, Université de Perpignan Via Domitia.

Virginie Terrasse, photographe, cofondatrice du Studio Hans Lucas et photographe documentaire.

Véronique de Viguerie, photographe à l’agence Getty, auteure de « Profession reporters »  en  #masterclass.

Les #masterclass sont ouvertes au public dans la limite des places disponibles, inscriptions obligatoires à cmigraph@gmail.com.

Cette formation bénéficie notamment de l’apport du logiciel de montage interactif Racontr.

Informations :

• Pour plus de renseignements, contacter Wilfrid Estève au 0680039989.

• Date limite d’inscription et de réception des dossiers (demande de dossier par mail à Julie Marty : cmigraph@gmail.com) :  vendredi 26 août 2016.

• Rentrée 2017,  le vendredi 7 octobre 2016 à 10h00 au GRAPH (Place des anciens combattants d’Algérie à Carcassonne).

• Le lieu de cours durant l’année est le Graph – Centre Méditerranéen de l’Image (cours et salle de rédaction).

• Cours sur deux semestres (du 7 octobre 2016 au 31 mars 2017) à Carcassonne.

Deux stages d’immersion sont obligatoires : un mois en février et deux mois en avril/mai. Possibilité de réaliser d’autres stages après la soutenance jusqu’à fin septembre. Ces stage peuvent-être réalisés en France ou à l’étranger (rédactions, agences, ONG…).

• Évaluation de fin de formation par le jury du DU début juin 2017.

photo-1

Février 2014, Clément Debei, photoreporter et directeur de l’Image de SapiensapienS durant une de ses interventions. Photographie de Wilfrid Estève.

Recrutement :

Sélection sur dossier de candidature à adresser à Julie Marty (<cmigraph@gmail.com> / GRAPH, Maison des associations, place des anciens combattants d’Algérie 11000 Carcassonne) ainsi qu’à Martin Galinier, (UFR LSH, UPVD, 52 avenue Paul Alduy, 66000 Perpignan) examiné par la Commission pédagogique du DU.

Pour les candidatures, un formulaire de pré-inscription est à remplir obligatoirement en cliquant sur ce lien.

Nombre d’inscrits maximum par an : 23

Frais d’inscription à la formation initiale en 2016 :  2 000 (deux mille) Euros

Pré-requis :

Formation initiale (poursuite d’études) : bac + 2

Formation continue (reprise d’études et Professionnels visant l’apprentissage de nouvelles compétences) : niveau bac à bac + 2 avec expérience professionnelle

Tous les candidats doivent posséder une bonne maîtrise technique de la photographie, des bases de journalisme et de logiciels de traitement d’image et d’indexation. Un matériel en bon état est aussi nécessaire, composé au minimum d’un boîtier et d’optiques professionnelles, d’un flash et d’un pied. Un ordinateur portable ainsi qu’un disque dur et un enregistreur sonore sont nécessaires. 

Contacts du Diplôme Universitaire :

• Contact et informations : Julie Marty <cmigraph@gmail.com> du GRAPH à Carcassonne.

Wilfrid Estève (référent pédagogique et enseignant du DU, directeur du studio Hans Lucas), wilfridesteve@gmail.com

• Eric Sinatora (référent pédagogique du DU, directeur du GRAPH), <cmigraph@gmail.com>.

• Martin Galinier (responsable UPVD), galinier@univ-perp.fr

• Jonathan Cortadellas <jonathan.cortadellas@univ-perp.fr> du service de Formation Continue SFC-UPVD – (salariés et demandeurs d’emplois) 52 avenue Paul Alduy, 66000 Perpignan 04 30 19 81 41 / sfc@univ-perp.fr

Contacts des partenaires du D.U. :

• Graph – Centre Méditerranéen de l’Image : Julie Marty <cmigraph@gmail.com>

• Mairie de Carcassonne : Danièle Hérin, ajointe au maire déléguée à l’enseignement supérieur, à l’innovation et au numérique

 Studio Hans Lucas : Wilfrid Estève <wilfrid@hanslucas.com>

propos de la formation :

Une formation pratique à l’écriture photographique publié dans Réponses Photo du mois d’août 2016 (web et print). 

Stage intensif sur le terrain pour les étudiants en photojournalisme, publié dans la Dépêche du 2 novembre 2015.

Résultat de la 33ème EDITION DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM D’ENVIRONNEMENT.

Carcassonne : le bel avenir du diplôme universitaire « photo documentaire et écriture transmédia » publié dans l’Indépendant du 21 septembre 2014

Des master classes ouvertes au public publié dans la Dépêche du 3 novembre 2014

Photojournalisme : le diplôme universitaire prend de l’ampleur publié dans la Dépêche du 21 septembre 2014

Carcassonne : le « Café Félix » et le rugby à XIII dans un webdoc étudiant, dans le Midi Libre du 2 septembre 2014

De Félix a Félix, le web Docu, publié sur lemidilibre.fr le 2 septembre 2014

Photojournalisme : Carcassonne est en pole position, dans la Dépêche du 6 juillet 2014

Félix, le rugby à XIII et le webdocumentaire, publié dans la Dépêche du 20 juin 2014

« Et maintenant ? », un webdocumentaire sur le passage à la retraite, publié sur Notretemps.com le 19 juin 2014

Carcassonne : un webdoc sur le rugby à XIII présenté ce soir à la CCI, publié dans l’Indépendant le 15 juin 2014 Leonora Baumann, étudiante du DU « Photographie documentaire et écritures transmédia » 2013 est lauréate du prix « coup de coeur » du JDD  du Grand Prix Paris-Match 2014  du photoreportage étudiant. 

« Hicham, le jongleur primé », Paris Match a remis son grand prix du photoreportage étudiant à Léonora Baumann, publié dans le JDD du 29 juin 2014

IUT de Carcassonne : Le pari gagnant du D.U. « Photographie documentaire et écritures transmédia », publié dans l’Indépendant le 10 juin 2014

« La photo à bonne école », une enquête de Polka magazine du mois de mai 2013 Carcassonne. Université : la ville étoffe son offre, publié dans la Dépêche le 29 mai 2013

« Photojournalisme : une formation bientôt créée », publié dans l’indépendant, le 29 mai 2013

Photojournalisme et transmédia vont faire leur rentrée à l’IUT de Carcassonne, publié dans le Midi Libre, le 31 mai 2013

La page Facebook du Diplôme Universitaire

Portrait : Wilfrid Estève / Virginie Terrasse

 

Image de prévisualisation YouTube

Cet article est disponible sous les termes de la Licence Creative Commons Paternité-Partage des Conditions Initiales à l’Identique 3.0 Unported (CC-BY-SA).

9 Réponses à “Le Diplôme d’Université en « Photographie, documentaire et écritures numériques »”

  1. […] Toutes les informations (équipe, dossier d’inscription, réalisations de la promotion 2013/2014…) sur le DU “Photographie documentaire et écritures transmédia” en cliquant ici. […]

  2. Emmelieke dit :

    Un grand MERCI pour cet article! Je commençais à perdre espoir à trouver un cursus universitaire qui se rapproche du photojournalisme! Et un grand MERCI tout cours pour vos articles en général, j’apprends déjà beaucoup par leur biais. Bonne continuation

    • Wilfrid dit :

      Bonjour,

      Merci, cela fait plaisir ! A ma connaissance, c’est le seul parcours universitaire en photographie documentaire et photojournalisme qui propose une vision aussi complète sur les outils du numérique et les logiques transmédia.

      Deux réalisations interactives produites par les étudiants de cette année vont être publiées sous peu dans des pure-player et médias nationaux. J’espère qu’elles vous donneront un aperçu qui finira de vous convaincre.

      L’équipe pédagogique est un mélange de professionnels parisiens (Nicolas Bole du Blog Documentaire, Virginie Terrasse du studio Hans Lucas, moi-même) et du sud (Ulrich Lebeuf de l’agence Myop, Clément Debei de Sapiensapiens, Serge Bonnery, journaliste et responsable d’édition au quotidien L’Indépendant…).

      Des universitaires interviennent également comme Claire Chatelet de la licence CRA de Paul Valéry III ou Bertrand Mocquet de l’UPVD. Le tout chapeauté par la dynamique équipe du GRAPH de Carcassonne.

      Wilfrid.

      • Emmelieke dit :

        Merci de votre réponse. Je vais suivre avec attention la sortie des deux projets interactifs! Je commence déjà à remplir mon dossier de candidature.

  3. Sophie dit :

    Cette formidable initiative de l’Université de Perpignan a t’elle donné des idées à d’autres ailleurs en France depuis ?
    Habitant Paris, je suis en quête d’une formation (continue) comme celle-ci qui s’inscrirait complètement à mon projet professionnel.
    Merci pour vos articles d’une richesse sans égal.

    • Wilfrid dit :

      Bonjour Sophie,
      Merci !
      A ma connaissance, il n’y a pas d’autres initiatives au niveau des universités.
      Si vous avez des informations, je suis preneur.
      Wilfrid.

      • Cecile dit :

        Bonjour Wilfrid, comme je vous le disais il y a peu sur facebook, essayez d’en parler avec l’INFA de Nogent-sur-Marne ou bien encore l’Université de Créteil ou à l’IRTS de Neuilly-sur-Marne. Sachant qu’ils sont ouverts aux transmédias en général, je ne doute pas qu’ils s’intéressent à vos propositions.

        Cécile

        • Wilfrid dit :

          Bonjour Cécile,
          Merci pour vos précisions.
          Ce qui serait intéressant, c’est de travailler sur des enseignements en complémentarité avec le diplôme de l’UPVD. Et de réussir à coordonner autour des logiques de supports, des spécificités en matière de compétences. C’est ce que je réalise actuellement avec le projet « Et maintenant ? » qui fait converger les dynamiques du DU (photographie & logique transmédia), de la licence Pro de Paul Valéry III (vidéo & logique transmédia) et de l’IUT de Tours (texte & logique transmédia).

  4. Soizic Brun dit :

    C’est une excellente nouvelle, toutes mes félicitations pour les démarches. D’autant plus qu’une formation créée par le directeur du Graph et un photojournaliste comme vous ne peut être que de très bonne qualité.

    Je cherchais depuis quelques temps une formation de photojournalisme à tarif raisonnable, et je n’étais pas prête à investir à l’heure actuelle dans une formation de 10.000€, notamment car le matériel photographique est déjà très cher. Je vais m’empresser de remplir le dossier de candidature en espérant avoir l’honneur de faire partie de la première promotion de cette formation prometteuse.

    Un grand merci pour votre contribution à l’avenir du photojournalisme !

Ecrire une réponse