Mens New York Jets Dee Milliner Nike Green Game Jersey,Youth Cincinnati Bengals Mike Nugent Team Color Jersey,Women's Denver Broncos Vance Walker Pro Line Team Color Jersey Cheap NFL Jerseys.Pro Line Women's Minnesota Vikings Shaun Hill Team Color Jersey,Youth Atlanta Falcons Joplo Bartu Pro Line Team Color Jersey Cheap Jerseys.Men's Jacksonville Jaguars Thurston Armbrister Pro Line Team Color Jersey,Youth Arizona Cardinals David Johnson Pro Line Alternate Jersey.Pro Line Men's Seattle Seahawks Doug Baldwin Big Tall Team Color Jersey,Pro Line Women's Atlanta Falcons Kevin Cone Team Color Jersey - Red,Women's San Francisco 49ers L Cheap Jerseys.J. McCray Pro Line Team Color Jersey.Youth San Francisco 49ers Vance McDonald Pro Line Team Color Jersey,Youth Arizona Cardinals Larry Fitzgerald Nike Black Alternate Game Jersey Cheap Jerseys.Men's Buffalo Bills Tyrod Taylor Pro Line Big & Tall Team Color Jersey,Mens Tampa Bay Buccaneers Historic Logo Nike Red Customized Elite Jersey,Youth Washington Redskins Alfred Morris Nike Burgundy Limited Jersey Cheap NFL Jerseys

Magnum est-il toujours d’actualité ? – Le bloc-notes de Wilfrid Estève

photographie // écritures transmédias & interactives // formation

Magnum est-il toujours d’actualité ?

C’est la question à laquelle va répondre l’agence autour d’une table ronde.

Pour faire suite à une invitation informelle de François Hébel à la tenue de leur assemblée générale à Arles, les photographes de la coopérative mythique ont vécu 4 journées exceptionnelles et donné une forte impulsion à la structure avec tout d’abord, 3 nouveaux nominés : Bieke Depoorter (26 ans), Jérôme Sessini (43 ans) et Zoé Strauss (42 ans).

La réunion annuelle a été comme à son habitude, un moment d’échanges et de débats. Alors que le marché de la presse s’effondre, l’agence entame une mutation. Une V2 du site est visible depuis hier, elle annonce des changements profonds. « Avec les logiques du numérique, Magnum est toujours d’actualité” assure Clément Saccomani, directeur de l’éditorial de l’agence, “Les photographes se posent beaucoup de questions et sont au coeur de problématiques complexes sur le droit d’auteur, la diffusion des archives ainsi que les modes de production alternatifs. Mais je constate que la photographie n’a jamais été aussi vivante chez nous. L’époque est novatrice et porteuse. Nous souhaitons relever plusieurs défis dont celui de la monétisation des flux sur internet. Les logiques multisupport sont au centre des réflexions tout comme celles de la production. Avant, le marché de la presse obligeait à partir du client. Aujourd’hui la tendance est inversée : nous partons du contenu et définissons les attentes des cibles visées.

« Les deux tiers des propositions sont venues de nos membres. Il sont ravis d’être à Arles et s’y sentent bien car ici on aime la photographie ». Il est vrai que la rue du docteur Fanton est plus animée que d’habitude et de nombreux amateurs guettent les allers et venues des photographes. On peut notamment croiser Josef Koudelka qui présentera mercredi à 19h la maquette des « Gitans ». Un entretien avec François Hébel est prévu à cette occasion. « Il faut profiter de ce moment unique » précise Clément Saccomani.

Il rappelle que « les mots clés sont Help and diffuse ! Aidez à produire et à présenter le travail des photographes « . Par exemple « Looking for America » a été rendue possible grâce au travail de 5 photographes qui ont pris l’initiative de parcourir les Etats-Unis accompagnés d’un journaliste sur deux mille miles. En parallèle, 10 autres témoignaient de la faillite de Kodak à Rochester.

“Pour avoir plus de moyens, ils ont décidé de créer un objet propre puis de le vendre en guise de contrepartie. Ce projet va durer 4 ans et a été déclencheur pour d’autres membres. « Un projet similaire va être lancé en Europe comprenant entre 20 et 30 photographes, un site participatif et une communauté d’internautes. Il sera lié à des worshops. »

Quels sont les changements notables sur la V2 du site ? Désormais, les images sont visibles entre 700 et 1000 pixel et sans watermark. Le nouveau site est rendu accessible à tous les utilisateurs. Il est plus rapide et convivial.

Pourquoi ces changements ? « Nous avons trouvé beaucoup de publications web de nos photos réalisées à partir de scannes de magazines, de livres ainsi que des captures d’écrans. Dans un autre registre, Martin Parr a découvert une édition inédite de Dennis Stock sur James Dean en Japonais. Personne ici n’était au courant. C’est compliqué de trouver les bonnes parades technologiques et d’arrêter de se faire « piquer » des images. Aujourd’hui, notre souhait est de faire face à ce défi. La libre circulation des données est l’ADN du web, nous préférons prendre les devants et dire : Nos photographies sont là, vous pouvez les voir librement, elles sont bien sourcées et de bonnes qualités. Nous avons eu de grands débats sur le copyright, le droit d’auteur et le message est clair : Venez sur notre site, prenez-en plein les yeux mais arrêtez de faire n’importe quoi avec nos photographies. Débattons maintenant sur : comment améliorer les usages, monétiser les pratiques et avançons ! ”

“Magnum a des droits mais aussi le devoir de se poser certaines questions. Nous souhaitons qu’un partage s’opère sur les revenus du web, aussi, nous posons aujourd’hui la question : comment pouvons-nous avancer après Hadopi ? L’agence souhaite interpeller les dirigeants et les politiques.”

Au-delà du grand public, des logiques communautaires et participatives sont mises en place : “Les photographes vont pouvoir créer leur blog, échanger sur les sujets qu’ils réalisent ou partager leurs expériences”. Si un effort particulier sera développé sur les réseaux sociaux, d’autres réflexions sont en cours : “Nous souhaitons être en relation directe avec le client qui veut son tirage, son poster, un mook, un livre, un jeu de cartes postales. Un positionnement autour du e-commerce est en train de se définir. Tout comme nous réfléchissons à développer les logiques de mode de production alternatif comme la collecte de fonds. Elle sera peut-être intégrée sur le site ou réalisée en partenariat.”

Magnum veut continuer à photographier les archives de demain mais en pénétrant les réseaux sociaux et les logiques multisupport. L’agence qui possède un des fonds les plus riches en terme de culture photo, souhaite aujourd’hui optimiser sa diffusion et donner un accès pertinent à des publics identifiés.

Wilfrid Estève

Publié le 3 juillet 2012 dans le Journal de la Photographie.

Liens :

http://lejournaldelaphotographie.com/archives/by_date/2012-07-03/7398/arles-2012-magnum-clement-saccomani

http://www.magnumphotos.com

Ecrire une réponse